Mali: Révision Constitutionnelle

by

[ A+ ] /[ A- ]

Mali: Révision constitutionnelle
ICMA (Initiatives pour le Changement au Mali et en Afrique), une association à caractère d’un observatoire de la bonne gouvernance et des bonnes pratiques engage au débat.

C’est à la faveur d’une journée d’échanges tenue à l’espace culturel Blonba situé au Djikoroni (quartier au centre de la rive droite du Djoliba) qu’à eu lieu ce Samedi matin 30 mars 2019, l’activité.
Le thème ” Quelle constitution pour le Mali” choisi en cette période de grand débat sur le sujet n’est pas fortuit.
Pour rappel depuis le 16 février 2019, un comité d’experts désigné par le Président de la République est a pied d’œuvre pour voir dans quelle mesure, il est possible d’opérer la révision constitutionnelle qui au vue de plusieurs observateurs s’avère impératif.

Mais nombreux sont les maliens qui pensent que cette révision est une stratégie des politiques soit pour se maintenir, soit pour être impunissables après leur mandat, par ailleurs d’autres aussi pensent que la révision n’est pas opportune au vue de la crise sécuritaire qui sévit dans le pays.

En tout cas d’éminentes personnalités comme son Excellence Mohamed Ahmed Ag HAMANI, Ancien Premier Ministre et Président d’un regroupement de la Société Civile, Monsieur Richard TOE, Traditionaliste, Monsieur Maman DJENEPO Constitutionnaliste et Monsieur Oumar Farouk DIABY Chercheur religieux ont devant une d’assistance d’intellectuels composée d’hommes de médias, de culture, de politiciens et de professeurs déroulé de long en large leur point de vue en ce qui concerne le sujet.

Tous s’accordent sur le fait qu’une révision constitutionnelle s’impose pour le Mali car selon certains la constitution actuelle a été élaboré sous pression et présente plusieurs insuffisance même dans sa rédaction, pour d’autres les réalités actuelles motivent certainement une révision.

Quand à l’assistante qui a contribué au débat, elle trouve que les politiques ont pris en otage la révision constitutionnelle comme si la constitution n’a d’autres chapitre que le politique…
Ainsi il revient de cette journée d’échanges qu’une révision s’impose, mais une question est sur toutes les lèvres le moment est il propice?
A la question il ressort de l’intervention des uns et des autres que seul la société comme volé dans son ensemble peut répondre à la question a travers un très grand rendez vous de partage sur la question.

ICMA ne compte pas s’arrêter là selon son président qui en conclusion a d’abord remercier les conférenciers et l’assistance, ensuite rassurer que son organisation fera tout pour que le débat soit plus inclusif et que les propositions et recommandations qui en seront issues remonteront à un haut niveau de décision.

Touré Hamidou Elhadji