MALI:Circulation des tricycles à Bamako : La fin du désordre

by

[ A+ ] /[ A- ]

La réglementation qui entre en vigueur ce matin délimite le périmètre d’exploitation en définissant les itinéraires et les plages horaires
Désormais, les conducteurs de tricycles à moteur contrevenant à l’arrêté n°041/M-DB portant réglementation de leur circulation dans le District de Bamako seront sanctionnés. L’annonce a été faite hier. C’est une décision prise par la mairie du District qui entend ainsi organiser la circulation de ces engins dans l’intérêt des usagers.
Les nuisances occasionnées par la multiplication des tricycles à moteur dans le District se passent de tout commentaire : ces engins sont à la base de plusieurs accidents et contribuent à la congestion de la circulation. La plupart de leurs conducteurs n’ont pas de permis de conduire, les engins ne sont pas immatriculés, pas équipés de feux rouges ou de clignotants. Sur des routes peu adaptées, les tricycles font du transport mixte et très souvent hors gabarit.
Suite à ce constat, le ministère en charge des Transports a saisi la mairie du District pour des mesures idoines. C’est ainsi qu’après des concertations avec les départements et les associations concernées, le maire du District qui est le garant de la sécurité routière dans la capitale a pris un arrêté portant réglementation de la circulation des tricycles dans le district. Cet arrêté entre en vigueur ce matin.
« Nous connaissons tous l’importance de ces engins dans le développement économique. Ils facilitent le transport de proximité. Mais ces engins sont aussi la cause de beaucoup d’accidents de route et contribuent à la congestion de la circulation. D’où la présente mesure », explique Moussa Timbo, le chef de la section circulation et signalisation routière à la direction de régulation de la circulation et des transports urbains (DRCTU). La décision de règlementer la circulation des tricycles a bénéficié, assure-t-il, du soutien de toutes les parties.
Rappelons que les tricycles ont fait leur apparition dans notre pays il y a seulement quelques années dans le cadre de la politique gouvernementale de lutte contre le chômage. Malheureusement, les mesures d’accompagnement en termes de formation et de définition des conditions de circulation de ces engins n’ont pas suivi. « La mairie du District est en train d’élaborer un nouveau code de la route qui prendra en compte les engins concernés », annonce Moussa Timbo qui souhaite l’adhésion des populations en vue de fluidifier la circulation dans la capitale et de contribuer à la sécurité sur nos voies. La mesure, précise-t-il, ne vise pas une interdiction de circulation des engins concernés mais une réglementation dans l’intérêt commun des usagers des routes.
Il s’agit d’une activité qui s’inscrit dans le cadre du plan d’action visant à améliorer la sécurité routière dans le District. Elle a été conçue avec l’ensemble des acteurs de la réglementation de la circulation et permet de délimiter le périmètre d’exploitation en définissant les itinéraires et les plages horaires, résume un responsable du ministère de l’Équipement, des Transports, et du Désenclavement
« La réglementation de la circulation des tricycles est le fruit d’une série de concertations menées avec une approche pédagogique et participative de l’ensemble des acteurs y compris des responsables des tricycles », confirme le chef de la section circulation et signalisation routière DRCTU.
Ainsi selon l’arrêté, la circulation des tricycles à moteur est formellement interdite sur le pont des Martyrs, les routes de Koulikoro, Sébénikoro et de l’aéroport, la section de voie du boulevard de l’Indépendance comprise entre le Monument de l’indépendance et l’échangeur de l’ENA et la section de la voie de la route de Koulouba comprise entre le Parc national et le rond point de Koulouba.
Les tricycles ne doivent pas circuler sur la voie des 30 mètres de Niamakoro depuis la Tour d’Afrique jusqu’au poste de contrôle de Kalabancoro. De même, leur circulation est formellement interdite la nuit de 19h30 à 6 heures du matin sur les voies goudronnées. Les surcharges, les chargements hors gabarits et les transports mixtes sont évidemment prohibés à bord des engins concernés.
Sur le pont Fahd, la circulation des tricycles est autorisée seulement de 10h à 15h et sur le pont de l’Amitié sino-malienne (3è pont) de 6h à 19h.
Hier la mairie du district a également poursuivi son opération de contrôle de vignette des engins à deux roues. Il s’agit d’une action de routine, ont expliqué les responsables de la mairie.
B. COULIBALY
Source: Essor malijet