Mali: Interview de Mohamed Attaib SIDIBE Président de Ganda Izo groupe d’Autodéfense

by

[ A+ ] /[ A- ]

Malimedias:
M. Mohamed Attaib SIDIBE, présentez-vous à nos lecteurs..

MAS :
Je suis un citoyen malien obligé au gré des circonstances de se retrouver dans la branche politique d’un mouvement d’autodéfense connu sous le nom de Ganda Izo, dont aujourd’hui je suis le président de la branche politique

Malimedias :
Votre groupe porte le nom de Ganda Izo, n’est-ce pas là une usurpation du Ganda-Izo originel ?

MAS:
On parle d’usurpation quand il s’agit d’une organisation ayant une personnalité morale, donc une existence légale. Or, il n’y a qu’un seul mouvement créé après la signature de l’accord qui a le privilège de détenir un récépissé de création au Mali. Tout le reste est illégal mais quelques fois légitime. C’est le cas de Ganda Izo, qui a été et demeure un mouvement patriotique et républicain issu de la Plateforme du 14 juin 2014 et qui est signataire de l’Accord du 15 mai et 20 juin 2015. Pour ce qui est de la paternité de Ganda Izo, ceux qui auraient pu la réclamer ont été emportés sous d’autres cieux par l’exode au sein de la grande famille des mouvements politico-militaires de l’Azawad. Nous sommes à présent le seul mouvement reconnu signataire de l’accord à répondre à ce nom.

Malimedias:
Le nouvel an reste une date inoubliable pour les populations de Kolonghon que pensez-vous de telles actes à un moment ou le DDR est lancé ?

MAS :
Je tiens à informer vos lecteurs qu’avant Kolonghon, la communauté peule au nom d’un amalgame délibérément entretenu a été la cible de tueries de masse, d’une épuration ethnique même, au Centre du Mali. Les organisations des droits de l’homme parlent de 2000 morts rien qu’au centre du Mali, des chiffres plus importants que le cumul des victimes des quatre rébellions du Mali. Ceux qui commettent ces crimes sont connus, bien identifiés. Ils détiennent un permis de tuer dument délivré. Le silence des autorités aidant, ils ont estimé qu’il faut en finir une fois pour toutes avec les Peuls. Après les massacres de Sarri-Peul, de Malémana, de Komaga et Nantaga, de Boulékessi, de Tolodje dans le cercle Koro (36 morts), de Bankass, de Djenné; les incendies volontaires des villages peuls de Koro, Douentza, Bankass; les exécutions des femmes, d’enfants, de personnes âgées pour leur appartenance à la communauté peule, les terroristes passent à la démonstration de Kolonghon où ils ont fait plus de 40 morts dont le chef de village. Nous avons suivi le déplacement du président de la République à Kolonghon, nous saluons son initiative de prendre lui-même la gestion de cette guerre civile en main. A présent que le président de la République s’est y engagé, les maliens attendent les mesures qui seront prises contre les commanditaires, auteurs et complices de ces crimes ignobles.

Malimedias :
Quelles sont les solutions que vous suggérez pour une gestion efficiente de la crise sécuritaire au Mali ?

MAS : La bonne foi des acteurs maliens et internationaux dans la gestion de crise malienne; l’inclusivité totale de tous les mouvements issus des populations subissant la crise; la dissolution des milices tribales; la poursuite des criminels qui ont les mains trempées dans le sang de citoyens maliens sans défense devant les juridictions compétentes du Mali ou d’ailleurs; la mise en place d’unités spéciales inclusives composées de tous les mouvements d’autodéfense pour lutter contre la criminalité organisée; le dialogue inter et intracommunautaire sur la question de la sécurité; voilà, entre autres, des solutions pour aller vers un début de pacification du pays.

Malimedias:
Que pensez-vous de la mise en œuvre de l’accord en termes d’avancement ?

MAS : Quatre ans après sa signature, tous les mouvements ont presque toutes leurs armes. Depuis 2015, il y a eu plus de morts de citoyens maliens du fait de l’insécurité qu’avant la signature de cet accord. Lequel accord n’a pas eu d’impact considérable sur la sécurité des Maliens.
Malimedias:
Monsieur Mohamed Attaib SIDIBE Merci

Intervuew réalisé par Touré Hamidou Elhadji