le MALI au coeur des preoccupations de la CEDEAO

by

[ A+ ] /[ A- ]

selon l’Ambassadeur Cheaka  Aboudou TOURE dans un interview accordé a l’équipe MaliMedias quelques jours avant la signature de l’Accord d’Alger a Bamako.

Quelques jours avant la signature de l’Accord d’Alger a Bamako, l’Ambassadeur Cheaka Aboudou TOURE Représentant Spécial du Président de la Commission de la CEDEAO au Mali nous a accordé un interview dont voila la teneur

Entretien avec Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur Cheaka Aboudou TOURE Représentent Spécial du Président de la commission de la CEDEAO en République du Mali.

Malimédias : Bonjour Monsieur l’Ambassadeur, selon Henry Kissinger, «  la paix ne doit pas être envisagée comme un but en soi, mais doit être plutôt le résultat d’une équilibre de force ».

Monsieur le Représentant selon vous ces forces sont- elles équilibrées au mali ?

Monsieur Touré : Merci je voudrai dire d’abord que le Mali est un pays de la CEDEAO. Je pense que la paix doit être le résultat d’un ensemble d’efforts, d’abord au niveau de la famille on doit cultiver l’entente, au niveau dz l’école qui doit aussi participer à la formation des citoyens qui aspirent à vivre libre, à vivre en paix. L’effort doit être fourni par la société civile. Ça veut dire qu’il y a des niveaux de responsabilité à tous les niveaux, depuis le niveau de l’individu au sein de la famille jusqu’au niveau de la nation pour que la paix devienne une quête permanente.

Malimédias: Monsieur Touré, est ce que les maliens doivent aller aujourd’hui à la résistance face à cette crise ?

Monsieur Touré : Lorsqu’il y a l’injustice, il y a de la frustration, et lorsqu’il y a de la frustration il y a de l’insatisfaction, et lorsqu’il y a de l’insatisfaction il y aura toujours de réactions qui peuvent être violentes ou passives mais dans tout les cas de figure l’injustice n’est pas la valeur la plus partagée donc il faut combattre l’injustice sur le plan matériel, moral, politique….

CHEAKAMalimédias : Avec les Accords de Ouagadougou, vous avez jouez un grand rôle car vous avez aussi participé à toutes les démarches pour aboutir aux accords d’Alger. Aujourd’hui le document est là, qu’en pensez- vous ?

Monsieur Touré : Bon, je ne peux que penser tout le bien qu’il faut et vous faites bien de revenir aux accords de Ouagadougou. Pour dire que lorsque la CEDEAO voulait intervenir pour rétablir l’ordre constitutionnel, le 07 juillet 2012, souvenez- vous l’une des conclusions fortes est que le médiateur, un chef d’Etat de la CEDEAO en son temps avait dit au Mali qu’ils n’arriveront pas au bout de cette crise s’ils ne s’asseyaient pas face à face pour dialoguer. C’est pourquoi vous constatez qu’après la libération du pays nous avons l’espoir pour vaincre ensemble avec les nations unies et l’union internationale à convaincre MNLA.

Malimédias : Monsieur l’Ambassadeur, quelle solution préconisez- vous pour le retour d’une paix durable ?

Monsieur Touré : D’abord je pense qu’il faut se réjouir et nous sommes dans une dynamique collective à l’échelle africaine. Cette dynamique c’est d’abord une valeur sur laquelle on doit se reposer. Les maliens doivent d’abord développer la capacité et rechercher tous les éléments pour rétablir ce pays.

Malimédias : Quel est votre rêve pour le Mali ?

Monsieur Touré : Je pense que le seul rêve c’est que cette paix qui est aujourd’hui en manque soit restaurée.

Malimédias : Monsieur l’Ambassadeur, quel est votre dernier mot ?

Monsieur Touré : Mon dernier mot c’est de lancer un appel aux groupes qui font la résistance encore de comprendre que le temps de se mettre ensemble est arrivé. Les rêves se sont ceux qu’on réalise pour le futur et non pour le présent

Et le dernier appel c’est de dire que l’unité nationale est indispensable pour une paix durable.

Malimédias : Merci Monsieur Touré.

Hamidou El Hadji TOURE – HET-