Faux médicaments ou Médicaments irréguliers

by

[ A+ ] /[ A- ]

medicDemandez aux Africains d’éviter la consommation de faux médicaments, c’est demandez à une prostituée d’arrêter de sortir.

La santé coute chère, extrêmement chère au Mali à telle enseigne que les populations ne peuvent que se traiter qu’avec des médicaments de la rue mais ces médicaments accessibles aux plus démunis que même les plus nantis utilisent souvent sont ils faux ou irréguliers comme les nombreux émigrants  qui affluent vers l’occident. Est ce seulement  déplorable les conditions de conservation de ces produits  utilisés par une frange importante de nos communautés pour cause accessible à la bourse du paysan et disponible dans les coins les plus reculé du pays ou c’est la qualité des constituants qui fait défection.

Le fléau des médicaments contrefaits ou falsifiés, qui représentent selon l’Organisation mondiale de la Santé pas moins de 10 % des médicaments en circulation dans le monde, touche particulièrement l’Afrique. Selon une étude récente compilant des résultats de 21 pays subsahariens, plus d’un tiers des médicaments collectés et analysés ne satisfaisait pas aux tests chimiques de qualité ou de conformité de l’emballage. Les médicaments antipaludéens seraient les plus touchés. On estime à 1 million le nombre de décès annuels dans le monde dus directement ou indirectement à l’absorption de médicaments contrefaits.

La Prolifération de ces médicaments constitue un enjeu financier pour les trafiquants;  Comment s’organisent les réseaux de production et de distribution. Quelles sont leurs techniques pour éviter les contrôles étatiques et saisies frontalières jusqu’aux marchés locaux ? Comment, dans de nombreux cas, pénètrent-ils les filières officielles de distribution, permettant à leurs produits d’être présents à la fois sur les marchés formels et informels ? Tant de questions aux quelles nous tenterons de nous investir pour informer.

Toute fois si le Mali souhaite lutter contre ce fléau, que les autorités commencent par mettre à la disposition du citoyen et dans les coins les plus reculés les médicaments DCI (Dénomination Commune Internationale) c’est à dire le Paracetamol, l’Efferalgan etc…..

Selon le Dr DIABATE que nitre rédaction a eu au téléphone c’est très facile la lutte contre ce fléau il suffit d’une volonté politique et d’un engagement citoyen. En exemple le Dr disait si l’Etat diminuait le prix des médicaments à la pharmacie et si la douane travaillait correctement il sera possible de sauver des vies humaines.

seulement vue la qualité des personnes qui sont derrière cette sale affaire de médicaments irréguliers, la lutte risque d’être dure et compliquée.

Hamidou El Hadji TOURE