CONGRES POUR LA JUSTICE DANS L’AZAWAD LE DERNIER NÉ DES GROUPES ARMÉS AU NORD

by

[ A+ ] /[ A- ]

L’application de l’Accord de paix et de réconciliation, comme chacun sait, piétine. L’impatience se fait de beaucoup, surtout du côté des populations exposées. Par ailleurs certains ont peur d’être mis sur la touche.

C’est cette inquiétude, alliée à l’urgence de la situation, qui a semble-t-il poussé les membres de la communauté Kel Antassar où qu’ils se trouvent à se regrouper pour exiger la prise en compte des populations des deux régions de Tombouctou et de Taoudenit dans le processus de mise en oeuvre de l’Accord.
C’est ainsi que le Congrès pour la Justice dans l’Azawad – CJA -est né le 12 octobre 2016 dernier. Deux mois plus tard, les 1,2 et 3 décembre, un congrès constitutif a été tenu à Razelma – Région de Tombouctou – pour mettre en place les structures et les organes nécessaires pour animer le nouveau né. Un bureau a été mis en place, tenant compte, selon les initiateurs du CJA, de la nécessité d’inclure les Sédentaires et les Nomades à un niveau sans pareil chez les autres groupes armés.
Le CJA est un mouvement politico-militaire. C’est à dire qu’il revendique une branche militaire et une composante politique. Afin de mieux assurer la sécurité dans les zones qui l’intéresse (entre autres conditions à garantir pour la vie et le retour des réfugiés), il exige son intégration pleine dans le processus de mise en oeuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali. Cela passerait par son insertion dans l’ensemble des organes chargés de la mise en oeuvre de l’Accord.
Amadou TALL