Port Autonome de Dakar (PAD) Axe Dakar-Bamako, une priorité

by

[ A+ ] /[ A- ]

Port Autonome de Dakar (PAD)

Relever les défis de l’efficacité, de la performance et de la qualité

L’excellence des liens historiques et économiques  entre deux nations voire deux  pays le Sénégal et le Mali s’est traduite par une croissance exponentielle qui a vu le trafic de transit malien par Dakar se multiplier.

 

En effet de 20 000 tonnes en 2 000 le trafic de transit est passé à 2 700 000 tonnes en 2017  (source PAD).

Un dispositif cohérent et pertinent selon les autorités portuaires  s’est vu renforcer par la création d’une représentation commerciale du Port Autonome de Dakar au Mali, toute chose qui selon le PAD constitue un pas dans le renforcement du dispositif d’amélioration de la qualité des prestations du PAD en direction des chargeurs maliens.

Une représentation qui au-delà de sa mission commerciale collecte toutes les informations et statistiques des autres corridors afin de définir une stratégie qui permette de consolider  le leadership du PAD sur la desserte du Mali.

Toujours selon les autorités portuaires sénégalaises leur priorité demeure le renforcement de la compétitivité de l’axe Dakar-Bamako cela en s’appuyant sur un partenariat dynamique avec les opérateurs maliens.

Des opérateurs maliens qui bénéficient d’ores et déjà d’avantages avec un volet tarifaires incitatif entre autres :

Un abattement de 10% sur le loyer des hangars

Un abattement de 50% sur les redevances embarquement/débarquement de marchandises

Une exonération de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) pour les prestations portuaires, avec un délai de gratuité de 20 jours pour les marchandises diverses débarquées hors zone malienne et de 10 jours pour les véhicules

Une tarification forfaitaire des containeurs à la boite avec abstraction faite du poids et de la nature des marchandises. Notons que  depuis  octobre 2002 ces tarifs sont gelés contrairement aux chargeurs nationaux)

Un système d’incitation tarifaire a été mis en place au profil de tout chargeur qui prendrait l’engagement de développer son volume de transit au PAD

Enfin le deuxième corridor (corridor sud) fait économiser aux transporteurs maliens près de 400 kilomètres en aller-retour.

Notons qu’au début de la crise les autorités sénégalaises ont gracieusement offert toutes les prestations en direction du Mali.

Malimédias.com